, , ,

Sadhguru – Comment arrêter les pensées ?

J’ai déjà partagé une vidéo de Sadhguru sur la dépression, celle d’aujourd’hui parle d’un thème important : le mental. On a beaucoup entendu de choses à ce sujet, presqu’une mode, avec comme fer de lance la méditation comme « technique » pour calmer ses pensées. Mais dans tout ce qui est dit, quel est le vrai du faux ? Il est question aujourd’hui de distance avec son mental, c’est pour cela que Sadhguru parle dans cette vidéo d’identification.

Lire la suite

, ,

Aperçu du livre : 7 jours en Inde avec Satprem

Le livre « 7 jours en Inde avec Satprem » a été pour moi, une bonne surprise. Je suis tombé dessus complétement par hasard, pendant une ballade à Bordeaux lors du 22ème salon du livre moderne & ancien. J’ai pris ce livre car j’avais déjà lu un livre de Satprem : Sri Aurobindo ou l’aventure de la conscience. Livre qui m’a paru très intéressant dans la réflexion de fond, surtout dans l’idée du mental cellulaire. Ce livre est la retransmission de plusieurs entretiens enregistrés pour une émission sur France-Culture. L’interview a été menée par Frédéric de Towarnicki en 1980.

Satprem est Français (Cocorico !) et ce livre a pour but de raconter son parcours de vie, les différentes aventures qu’il a vécues et son long passage à l’ashram de Sri Aurobindo et de Mère. Tout commence à son enfance en Bretagne avec son histoire d’amour à l’âge de 9 ans avec la mer. Se retrouver sur un bateau, lui fait ressentir un profond sentiment de liberté qui va le marquer toute sa vie. A tel point, qu’il va rechercher toute sa vie le « secret » lié à ce sentiment. Pourquoi seulement le ressentir dans des occasions aussi spécifiques que sur l’eau ?

Lire la suite

, , ,

Sadhguru – Pourquoi la dépression ?

Découvert récemment, il vient de sortir un livre en novembre que je vais prendre le soin de lire car j’ai été beaucoup touché par son message dans ses vidéos. Les vidéos sont de qualité en termes de son et d’image, j’imagine que pour ceux qui n’aime pas la voix off, ils peuvent trouver les vidéos en version originale ailleurs sur le web mais pour moi, cela me va parfaitement. Un grand merci aux personnes qui s’occupent de cette chaîne Youtube !

« Si vous n’avez pas d’émotions très fortes, des pensées très intenses à propos de quelque chose, vous ne pouvez pas être déprimé. C’est juste que vous générer des pensées, des émotions qui agissent contre vous. »

D’autres vidéos sont disponibles sur la chaîne Youtube.

, , ,

Aperçu du livre : Commentaires sur la vie – Qui êtes-vous ?

Commentaires sur la vie fait parti des premiers livres sortis sur les causeries de Jiddu Krishnamurti. Les propos ont était recueillis par Desikacharya Rajagopal qui a été l’associé de Krishnamurti pendant plusieurs décennies. Je tiens à le souligner car il y a eu sur ce livre vraiment un très gros travail de mise en forme de « l’enseignement » qui, même plus de cinquante ans après la publication de ce livre, est toujours autant empli de sagesse et d’intelligence.

« L’esprit va du connu au connu, et il ne peut pas atteindre l’inconnu. Vous ne pouvez pas pensez à quelque chose que vous ne connaissez pas ; c’est impossible. Ce à quoi vous pensez vient du connu, du passé, que ce passé soit très reculé ou qu’il ne date que de la seconde précédente. Ce passé est pensé, modelé et conditionné par les nombreuses influences, il se transforme selon les circonstances et les nécessités, mais il demeure toujours une opération du temps. La pensée ne peut qu’affirmer ou nier, elle ne peut ni chercher ni découvrir quelque chose de nouveau. La pensée ne peut pas rencontrer le nouveau ; mais quand la pensée se tait, alors il peut y avoir le nouveau… »

Lire la suite

, , ,

Aperçu du livre : La voie directe

La voie directe est ce qu’on peut dire un condensé succinct d’une partie de l’enseignement de Râmana Mahârshi. C’est un petit livre « tout mignon » d’à peine 120 pages. Ça me fait penser à la mode des résumés de livre depuis quelques années. Comme si lire un résumé, augmente notre capacité d’apprentissage. Ce qui n’est pas le cas pour plusieurs raisons, mais comme je n’ai pas envie de faire de généralités, je ne vais parler que de mon cas. A vous de voir si cela vous correspond aussi.

La raison c’est que je retiens qu’une infime partie de ce que je lis. Si je fais le bilan de mes lectures, par livre je retiens que deux voir trois idées qui m’ont marquées mais que je ne choisis pas. Les idées que je retiens sont souvent bien développées sur une ou deux pages et l’auteur dans son livre a l’occasion de revenir dessus. Avec un résumé, les idées seront présentées que dans un court paragraphe et il va être beaucoup plus compliqué pour moi de m’en imprégner. Après il y a des exceptions, des fois seulement une phrase peut considérablement me marquer.

« Toutes les activités par lesquelles le corps doit passer dès sa naissance sont prédestinées. Elles ne s’arrêtent pas en les refusant ou en acceptant. La seule liberté que vous avez est de tourner votre mental vers l’intérieur et de vous détacher de ces activités. Personne ne peut dire pourquoi seule cette liberté et aucune autre liberté n’est laissée à l’homme. »

L’enseignement du Mahârshi, insiste beaucoup sur un point qui pour lui, est très important : découvrir sa véritable identité avec la fameuse question « Qui suis-je ? ». Question fondamentale où la réponse ne se trouve pas dans nos passions, notre famille, ou tout ce qui est à l’extérieur de nous. C’est l’introspection pour trouver la racine des « pensées-Je ».

Lire la suite

, , ,

Aperçu du livre : L’homme et son évolution possible

L’Homme et son évolution possible est un petit livre d’une centaine de pages à peine qui est une retranscription de 5 conférences (et une session de questions/réponses) d’Ouspensky tenu pendant les années trente du siècle dernier à New York. L’auteur donne les résultats de ses recherches sur l’être humain qui sont complétement issues de l’enseignement du maître George Ivanovitch Gurjieff. Ce livre est très plaisant à lire avec des petits schémas et une façon de s’exprimer qui est claire.

Notre idée fondamentale est que l’homme tel que nous le connaissons n’est pas un être accompli. La nature le développe jusqu’à un certain point, puis l’abandonne à lui-même et le laisse se développer d’avantage au moyen de ses propres efforts et de sa propre initiative, ou vivre et mourir comme il est né, ou bien encore dégénérer et perdre toute capacité d’évolution.

Extrait du livre.

Pour ceux qui sont familiarisés avec l’enseignement de Gurdjieff, ce livre parle des thèmes comme :

Parallèle entre la psychologie moderne et la métaphysique, l’homme n’est pas un être accompli, les personnalités multiples intérieures, les différents stades de la conscience, les sept fonctions de la machine humaine, l’essence et la personnalité, les mensonges que l’on se raconte, l’étude de soi, les 7 types d’hommes, les quatre centres (intellectuel, émotionnel, moteur et instinctif) avec leurs vitesses d’exécution et leurs divisions, le sacrifice de sa souffrance, la connaissance objective.

Je vous recommande L’Homme et son évolution possible pour deux raisons, la première c’est que si vous avez lu Fragments d’un enseignement inconnu il y a quelques mois/années, ce livre saura simplement vous remettre en mémoire certains aspects importants de l’enseignement de Gurdjieff. La deuxième raison est que c’est un petit livre et qui vous permettra très rapidement de vous faire un avis sur l’enseignement de ce maître avant d’attaquer un livre plus imposant.

 

, , ,

Aperçu du livre : Introduction au Yi-King

Introduction au Yi King : Aux sources symboliques du Swastika est un livre écrit par Jean Choain qui se donne la lourde tâche de revenir à la  source  de la signification du Yi-King en étudiant les traductions occidentales faites ces derniers siècles. L’auteur prend le parti de ne s’intéresser qu’aux traductions occidentales car il pense que « cette distance culturelle, séparant les observateurs et le document peut installer une tension créatrice qui incite à retrouver la pensée profonde de ceux qui l’ont créé ». J’ai vraiment eu l’impression en lisant ce livre, que cet exercice est très bien réussi !

Lire la suite

, , ,

Aperçu du livre : La vie n’est réelle que lorsque « Je suis »

La vie n’est réelle que lorsque « Je suis » se découpe en plusieurs parties. Un avant propos, un prologue, une introduction, la retranscription de 5 conférences (dont une partielle) faite à New York dans les années trente du siècle dernier et d’un dernier chapitre sur le monde intérieur et extérieur de l’homme (lui aussi jamais terminé par l’auteur). Tout cela en 200 pages dont 90 tout de même pour les premières parties (avant-propos de Jeanne De Salzmann, prologue et introduction).

Je conseille pour la lecture de ce livre, d’avoir déjà lu l’autobiographie de l’auteur qui s’intitule « Rencontre avec des hommes remarquables ». Cela permet de mieux situer les propos de l’auteur car il raconte beaucoup d’anecdotes de sa vie, ce qui peut être ennuyant si vous ne vous intéressez qu’à l’enseignement de cet homme et non son histoire. Pour ma part, ces passages autobiographique m’ont plu car ils permettent d’en apprendre plus sur la façon de pensée d’un homme qui a atteint une très grande connaissance de l’être humain et comment cela l’influence dans son raisonnement par exemple.

Lire la suite

, , ,

Aperçu du livre : Tout est nourriture

Tout est nourriture : De l’Ashram à la cuisine – Instructions spirituelles et anecdotes inédites est un concentré de témoignages d’une centaine de pages. Ramana Mahârshi est un sage hindoue dont la majeure partie de son enseignement se transmet par le silence. Non les pages de ce livre ne sont pas blanches rassurez-vous ! Pour être plus précis, plutôt que le silence, je devrais dire par la présence. Les paroles du sage sont rares mais d’une extrême précision pour celui qui peut entendre.

Ce livre se découpe en deux parties : Enseignement à l’Âshram et enseignement en cuisine. Avec comme thème principal, comme vous vous en doutez, la nourriture. Pas physique, point de recette dans ce livre ni une liste exhaustive des plats bons pour la santé. Il est question d’état d’être et d’attitude pour la préparation et la distribution de la nourriture dans l’Âshram. Une partie du livre est aussi consacrée à la relation du sage avec les animaux qu’il place au même niveau que les hommes (si ce n’est pas plus, notamment avec les singes).

C’est dans ce livre que j’ai vu à quel point les témoignages peuvent être vides, du moins, les propos n’ont de consistance que celle que l’on y met de par notre expérience personnelle. Telle est la différence entre savoir et connaissance. Difficile donc de comprendre à partir de son récit, l’intensité de ce qui a été vécu sans y avoir participé directement ou d’une autre façon partielle avec une expérience analogue. Tout est nourriture : De l’Ashram à la cuisine m’a beaucoup plu. Voir l’enseignement de Ramana Mahârshi sous l’angle précis de la nourriture est original. Cet aspect a énormément d’importance dans le travail que je fais sur moi à cause de l’affectivité que je mets sur ce plan. Je n’ai point eu d’avancée par rapport à cela sur mon cas personnel, mais certains propos du Sage m’ont aidé sur d’autres plans, et ça, ça n’a pas de prix.