, , ,

Aperçu du livre : La voie directe

La voie directe est ce qu’on peut dire un condensé succinct d’une partie de l’enseignement de Râmana Mahârshi. C’est un petit livre « tout mignon » d’à peine 120 pages. Ça me fait penser à la mode des résumés de livre depuis quelques années. Comme si lire un résumé, augmente notre capacité d’apprentissage. Ce qui n’est pas le cas pour plusieurs raisons, mais comme je n’ai pas envie de faire de généralités, je ne vais parler que de mon cas. A vous de voir si cela vous correspond aussi.

La raison c’est que je retiens qu’une infime partie de ce que je lis. Si je fais le bilan de mes lectures, par livre je retiens que deux voir trois idées qui m’ont marquées mais que je ne choisis pas. Les idées que je retiens sont souvent bien développées sur une ou deux pages et l’auteur dans son livre a l’occasion de revenir dessus. Avec un résumé, les idées seront présentées que dans un court paragraphe et il va être beaucoup plus compliqué pour moi de m’en imprégner. Après il y a des exceptions, des fois seulement une phrase peut considérablement me marquer.

« Toutes les activités par lesquelles le corps doit passer dès sa naissance sont prédestinées. Elles ne s’arrêtent pas en les refusant ou en acceptant. La seule liberté que vous avez est de tourner votre mental vers l’intérieur et de vous détacher de ces activités. Personne ne peut dire pourquoi seule cette liberté et aucune autre liberté n’est laissée à l’homme. »

L’enseignement du Mahârshi, insiste beaucoup sur un point qui pour lui, est très important : découvrir sa véritable identité avec la fameuse question « Qui suis-je ? ». Question fondamentale où la réponse ne se trouve pas dans nos passions, notre famille, ou tout ce qui est à l’extérieur de nous. C’est l’introspection pour trouver la racine des « pensées-Je ».

Lire la suite

, , ,

Aperçu du livre : Tout est nourriture

Tout est nourriture : De l’Ashram à la cuisine – Instructions spirituelles et anecdotes inédites est un concentré de témoignages d’une centaine de pages. Ramana Mahârshi est un sage hindoue dont la majeure partie de son enseignement se transmet par le silence. Non les pages de ce livre ne sont pas blanches rassurez-vous ! Pour être plus précis, plutôt que le silence, je devrais dire par la présence. Les paroles du sage sont rares mais d’une extrême précision pour celui qui peut entendre.

Ce livre se découpe en deux parties : Enseignement à l’Âshram et enseignement en cuisine. Avec comme thème principal, comme vous vous en doutez, la nourriture. Pas physique, point de recette dans ce livre ni une liste exhaustive des plats bons pour la santé. Il est question d’état d’être et d’attitude pour la préparation et la distribution de la nourriture dans l’Âshram. Une partie du livre est aussi consacrée à la relation du sage avec les animaux qu’il place au même niveau que les hommes (si ce n’est pas plus, notamment avec les singes).

C’est dans ce livre que j’ai vu à quel point les témoignages peuvent être vides, du moins, les propos n’ont de consistance que celle que l’on y met de par notre expérience personnelle. Telle est la différence entre savoir et connaissance. Difficile donc de comprendre à partir de son récit, l’intensité de ce qui a été vécu sans y avoir participé directement ou d’une autre façon partielle avec une expérience analogue. Tout est nourriture : De l’Ashram à la cuisine m’a beaucoup plu. Voir l’enseignement de Ramana Mahârshi sous l’angle précis de la nourriture est original. Cet aspect a énormément d’importance dans le travail que je fais sur moi à cause de l’affectivité que je mets sur ce plan. Je n’ai point eu d’avancée par rapport à cela sur mon cas personnel, mais certains propos du Sage m’ont aidé sur d’autres plans, et ça, ça n’a pas de prix.